Ronciers

Pruno-Rubion

Description

Les ronciers constituent le plus souvent des fourrés denses. Ils se développent sur des terrains très riches en nutriments* et bien ensoleillés. Très envahissants, ils tendent à former des massifs monospécifiques impénétrables de 2 à 3 m de haut, avec un optimum de croissance sur les terrains dénudés laissés à l’abandon1. Ils se rencontrent également dans les clairières, le long des lisières forestières, au contact des haies ou sur les talus ferroviaires2.

La carte cantonale des milieux regroupe à l’échelle du 1:5’000e les deux variantes suivantes :

  • les groupements de ronces indigènes* (Pruno-Rubion: Groupement à Rubus fruticosus) dominés par la ronce commune (Rubus fruticosus aggr.)3;
  • les groupements de ronces exotiques* (Pruno-Rubion: Rubetum armeniaci) dominés par la ronce d’Arménie (Rubus armeniacus)3. Cette espèce* rudérale* d’origine asiatique a tendance à prendre la place des espèces* indigènes*,7.

Où observer

Au lieu-dit Au Meuron, au nord de la route de Chancy (Chancy). Ce lieu-dit est bien nommé puisque « les meurons » désignent les mûres.

Quand observer

A l’automne, la cueillette de quelques mûres constituera un dessert succulent !

Profil

Surface en hectares
57
Pourcentage du canton occupé
0.20%
Humidité
Minimum Moyenne Maximum
3 3.05 3.1
Acidité
Minimum Moyenne Maximum
2.9 3 3.1
Richesse en nutriments
Minimum Moyenne Maximum
3.8 3.9 4
Granulométrie
Minimum Moyenne Maximum
4 4.1 4.2
Naturalité
Value
3

Le saviez-vous?

Le nacré de la ronce (Brenthis daphne) est un papillon de jour dont les plantes hôtes sont les ronces, le framboisier et les violettes. Autrefois rare sur le territoire helvétique, cette espèce* étend son aire de répartition depuis les années 2000 et la densité des populations a augmenté. La situation à Genève est analogue : considéré comme absent du canton jusque dans les années 1960, le nacré de la ronce s’est depuis largement répandu, devenant même une espèce* fréquente dans certains secteurs, notamment à l’ouest du canton. Il est difficile d’avancer avec certitude les raisons de cette évolution spectaculaire. Certains auteurs suggèrent que le réchauffement climatique aurait largement favorisé l’essor de cette espèce méridionale et thermophile* au nord de son aire de répartition. D’autres estiment que l’espèce* aurait aussi pu tirer parti de l’anthropisation de certaines zones, de la déprise agricole et des changements de mode d’exploitation intervenus en plaine, qui ont sans doute été favorables au développement de la ronce. La communauté scientifique n’est pas unanime sur les causes du développement du nacré de la ronce, mais son expansion est bien attestée, également dans d’autres régions dont le nord de la France et le Luxembourg.

Valeur biologique

Les ronciers jouent un rôle important dans la protection des sols de l’espace rural en limitant l’érosion superficielle par leur ancrage racinaire2. Ils sont également importants pour la biodiversité*, car ils forment des structures favorables à la faune (insectes, petits et grands mammifères, oiseaux) en offrant des sites d’alimentation, de reproduction, ainsi que de nombreux abris2. C’est particulièrement vrai pour les nombreux papillons et abeilles sauvages auxquels les ronciers offrent gîte et nourriture4.

S’ils bénéficient d’une certaine largeur et d’un linéaire suffisant, les ronciers peuvent fonctionner comme des corridors biologiques2 et s’intégrer au paysage bocager, au même titre que les cordons d’espèces ligneuses ou que les formations buissonnantes. Leur dynamique de colonisation peut toutefois être problématique dans certains cas, notamment lorsqu’ils se développent au détriment de milieux* rares et moins dynamiques.

Vulnérabilité et gestion

Assez fréquents sur le territoire genevois, les ronciers colonisent les milieux* perturbés. Parce qu’ils sont très concurrentiels et se développent rapidement, en particulier sur les terrains riches en nutriments*, les ronciers sont perçus comme des signes de désordre et de mauvais entretien. Pour cette raison, ils sont souvent combattus, le plus souvent par arrachage mécanique ou par traitements aux herbicides.

Les ronciers ne sont pas entretenus à proprement parler. Sur les sites où les ronciers sont installés et jouent un rôle favorables pour la biodiversité*, comme sur les terrains abandonnés, les talus en zone agricole ou les réserves naturelles, le gestionnaire cherche à préserver leur structure tout en contrôlant leur expansion, notamment lorsqu’elle se fait au détriment de milieux* plus rares comme les prairies. Pour maintenir les ronciers, l’apparition d’arbres pionniers*, par exemple des frênes, doit être évitée et des broyages ciblés peuvent être effectués. Le gestionnaire est confronté à la nécessité de réguler le développement des ronces lorsqu’il ouvre une prairie, crée une éclaircie en forêt ou favorise la création d’une lisière, étant donné qu’elles tendent à étouffer les espèces* qu’il souhaite valoriser. Pour les contenir, il est préconisé de faucher régulièrement les tiges, deux ou trois fois par an, sur une période allant de trois à huit ans.

Ces dernières années, la ronce d’Arménie (Rubus armeniacus), une espèce* invasive* à croissance rapide qui concurrence les ronces indigènes*, s’est fortement développée à Genève. Elle envahit les terrains abandonnés et les lisières. La vitesse d’expansion de cette espèce* est telle qu’il est illusoire d’espérer lutter contre elle. Aucune gestion spécifique n’est donc mise en place pour l’éliminer à large échelle, mais son développement est contenu localement. Précisons que la ronce d’Arménie fournit abri et nourriture aux mêmes petits animaux que les ronces indigènes*.

Dynamique

Fichier

Espèces

Flore vasculaire
Ronce bleuâtre Rubus caesius
Ronce commune Rubus fruticosus aggr.
Mammifères
Muscardin Muscardinus avellanarius
Oiseaux
Hypolaïs polyglotte Hippolais polyglotta
Fauvette grisette Sylvia communis
Reptiles
Lézard vert Lacerta bilineata
Lézard des murailles Podarcis muralis
Amphibiens
Crapaud commun Bufo bufo
Orthoptères
Decticelle cendrée Pholidoptera griseoaptera
Conocéphale gracieux Ruspolia nitidula
Lépidoptères
Nacré de la ronce B Brenthis daphne
Bombyx du chêne Lasiocampa quercus
Coléoptères terrestres
Alosterna tabacicolor
Hoplia argentea
Plantes invasives
Ronce d’Arménie Rubus armeniacus
Auteurs
Sophie Pasche, Anne-Laure Maire, Yves Bourguignon, Pascal Martin, Florian Mombrial, Patrice Prunier