Cryptoméria du Japon

Cryptomeria japonica
Origine
Japon
Statut
introduit
Famille
Cupressaceae
Genre

Nombre observé

49

Première date de plantation

1962

Dernière date de plantation

2005

Utilisation

Spontané dans le sud de la Chine et au Japon, où il est particulièrement abondant dans l'île de Hondo, il occupe une grande importance forestière car il est très utilisé pour les constructions. De très vieux exemplaires existent dans l'île de Yakushima. Son bois est rouge-brun, facile à travailler et durable. Plusieurs cultivars sont utilisés en ornement, on retrouve comme chez Chamaecyparis, des formes naines, des formes peu ramifiées et des formes à ramure dense.

Plante

grand arbre de 50 m au Japon, il a été introduit en Europe en 1842 où les plus vieux spécimens atteignent une trentaine de mètres. Il possède un port conique peu large, à cime arrondie ainsi qu'un tronc droit à écorce fibreuse s'exfoliant en longs feuillets brun rougeâtre tout comme celle du Séquoia. Ses branches sont étalées et ascendantes aux extrémités.

Aiguilles

jusqu'à 25 mm, assez rigides, de section quadrangulaire, à base décurrente. La partie libre s'écarte du rameau à environ 30 degrés mais l'extrémité est toujours courbée vers lui. Le rameau feuillé de cryptoméria ressemble à celui du séquoiadendron, toutefois chez ce dernier la partie libre des feuilles est plus courte que la partie décurrente. D'autre part, les feuilles sont en disposition spiralée, sur 5 rangs chez le cryptoméria et sur 3 rangs chez le séquoiadendron. Les feuilles persistent 5 ans et tombent avec la pousse qui les porte; il s'agit du phénomène de décurtation plus connu chez le cyprès chauve.

Fruits

les femelles sont portés par les rameaux courts, latéraux, en position terminale. Ils sont sphériques, de 2 à 3 cm de diamètre, constitués d'écailles soudées à pointes dorsales saillantes et donnent aux cônes un aspect épineux. Maturation annuelle mais le cône persiste quelque temps après la dissémination des graines. Par écaille, 2 à 5 graines triangulaires brun foncé, de 4 à 8 mm de long avec des ailes latérales réduites. Bois sans canaux résinifères normaux.

Fleurs

chatons mâles en épis denses de 2 à 3 cm de long, oranges ou rougeâtres, sur les rameaux terminaux mais en position axillaire. Elles pollinisent en février.