Ailante

Ailanthus altissima
Origine
Chine et Japon
Statut
introduit - invasive à Genève
Famille
Simaroubaceae
Genre

Nombre observé

614

Première date de plantation

1812

Dernière date de plantation

2014

Utilisation

Arbre à croissance rapide et peu délicat. Il a fréquemment été utilisé dans les villes pour les plantations en alignement car il supporte la pollution et se contente de sols médiocres et secs. Il n'est plus planté à Genève car il est devenu envahissant et menace l'existence de certaines espèces locales. L'odeur déplaisante de ses fleurs est évitée lorsqu'on plante uniquement des arbres femelles. Les ailantes sont un mauvais voisinage pour les ruchers; les abeilles butinent leurs fleurs qui communiquent un mauvais goût au miel. L’ailante est un arbre invasif, elle colonise tout terrain disponible, surtout dans les villes.

Plante

grand arbre de 20 à 25 m de hauteur, à écorce lisse, marquée de bandes grises sur les sujets âgés, et à cime arrondie, puis étalée; rameaux gros, à moelle roussâtre et abondante.

Feuilles

composées, très grandes, de 40 à 60 cm de longueur, jusqu'à 1 m sur les arbres taillés. Formées de 13 à 25 folioles ovales-lancéolées, finement pubescentes, longues de 8 à 12 cm sur 3 à 5 cm de largeur. Folioles courtement pétiolulées, tronquées à la base et souvent marquées d'une ou deux dents glanduleuses, exhalant une odeur désagréable lorsqu'on les froisse. La foliole terminale disparaît chez certaines feuilles qui paraissent alors paripennées.

Fruits

samares, aile de 3 à 4 cm de longueur sur 1,5 cm de largeur. D'abord brun rougeâtre, puis gris clair, persistants en hiver.

Fleurs

espèce généralement dioïque, rarement polygame. Les fleurs verdâtres en panicules de 10 à 20 cm de longueur répandent une odeur fade et désagréable, surtout les fleurs mâles.

Floraison

juin et juillet